Le Général de Gaulle à Thessalonique

Il suffit de se plonger dans l’histoire de Thessalonique, de déambuler dans ses rues, ses avenues, de rencontrer ses habitants, pour mesurer le lien que la ville entretient avec la France, son expertise, sa langue, sa culture, depuis si longtemps, et comprendre la francophilie, pour beaucoup la francophonie, des Thessaloniciens, toujours aussi présente.
Le Consulat général, l’Institut français et l’École française de Thessalonique avons donc eu l’idée de lancer les Chroniques du Jeudi de LA FRANCE À THESSALONQIUE, pour faire partager cette histoire passionnante et mieux faire connaître la France, celle d’hier, d’aujourd’hui et de demain, dans le nord de la Grèce  – n’oublions pas l’étendue de la circonscription du consulat : Macédoines centrale, occidentale et orientale, Epire, Thrace, Thessalie – et renforcer le réseau et la communauté d’idées France et cette région.
En voici le premier numéro, consacré à l’inauguration de l’Institut français, par le Général de Gaulle et son ministre des Affaires étrangères de l’époque, Maurice Couve de Murville, le 19 mai 1963.
N’hésitez pas à partager ces chroniques avec tous ceux qui aiment la Grèce et la France.
Rendez-vous à la semaine prochaine.
Confinés, toujours envie de se cultiver, de partager …
Sandrine MOUCHET
Consule générale, directrice de l’Institut français de Thessalonique

———-

Le saviez-vous ?
C’est le Général de Gaulle, président de la République française, accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville, qui, en visite à Thessalonique, inaugure en personne l’Institut français, le 19 mai 1963.
L’Institut s’installe dans les locaux du « Lycée », établissement bien connu des habitants de la ville depuis que la Mission laïque française a choisi Salonique pour installer sa première école à l’étranger.
Le bâtiment de l’avenue Stratou, reconstruit après l’incendie de 1968, abrite toujours, 114 années plus tard, l’Ecole et l’Institut français, mais aussi le Consulat général de France (depuis 2011).
Lors de sa visite à Thessalonique, la délégation du Général de Gaulle visita également, accompagné du Premier ministre Constantin Caramanlis, le carré français de la nécropole interalliée de Zeitenlick. Ce haut lieu de la mémoire du Front d’Orient fera l’objet de l’une de nos prochaines Chroniques du Jeudi.