Épiphanie : galette ou gâteau des rois ; Theophania ou Ta Fota

Epiphanie : galette ou gâteau des rois 

Theophania  : La divine Trinité

Pour la dernière Chronique du Jeudi de cette trilogie autour des fêtes de fin d’année dans nos deux pays, nous revenons sur les traditions française et grecque pour l’Epiphanie (le 6 janvier, parfois fêtée le premier dimanche de janvier).

En France, on fête l’Epiphanie, la visite des rois mages à l’enfant Jésus, en partageant une galette ou un gâteau des rois. Cette tradition n’est pas sans rappeler celle de la vassilopita du 1er janvier en Grèce*. Elle tirerait son origine des Saturnales, fêtes romaines durant lesquelles on plaçait une fève dans un gâteau pour tirer au sort un esclave, désigné « roi d’un jour » et disposant du pouvoir d’exaucer tous ses désirs (même celui de donner des ordres à son maître), avant de retourner à la servitude ou d’être exécuté. L’Église combattit longtemps cette coutume païenne, avant de remplacer la fève par une figurine à l’effigie de l’enfant Jésus (cherché longtemps par les Rois mages). Pendant la Révolution française, le bonnet phrygien remplace l’enfant Jésus. Aujourd’hui, les fèves sont d’une grande diversité, en général en porcelaine émaillée, pour le grand bonheur des fabophiles (ou favophiles), les collectionneurs de fèves.

Pour la distribution des parts, la coutume est de placer l’enfant le plus jeune sous la table afin de permettre un tirage au sort innocent, en lui demandant de nommer un convive pour chaque pqrt découpée, sans voir, à chaque part à servir. La personne qui reçoit celle contenant la fève est couronnée et choisit sa reine ou son roi.

La galette des rois (une pâte feuilletée, souvent garnie de frangipane) tend actuellement à se généraliser un peu partout en France, mais dans le sud du pays, on consomme traditionnellement le gâteau ou la couronne des rois, une brioche circulaire avec des fruits confits**.

En Grèce, pour l’Epiphanie, appelée Theophania (la manifestation divine) ou Ta Fota (les lumières), on célèbre avant tout le baptême du Christ dans le Jourdain et la divine Trinité. Le pope effectue la bénédiction des eaux (d’une mer, d’un lac, d’une rivière), puis y lance une croix que de jeunes téméraires se hâtent d’attraper en se jetant à l’eau (plutôt fraîche en cette période hivernale). Celui qui la ramène le premier à la surface est censé avoir de la chance toute l’année. Il est béni par le pope qui libère une colombe blanche, symbole de l’Esprit saint.

Pour finir, nous n’avions pas encore évoqué les Kallikatzaroi, ces vilains petits lutins du folklore grec qui vivent sous terre mais sortent à la surface pendant les douze jours entre Noël et l’Epiphanie, attirés par l’odeur des gâteaux, pour venir jouer de mauvais tours aux humains et saccager leurs maisons. On use alors de nombreux subterfuges afin d’éviter qu’ils ne pénètrent à l’intérieur, notamment en calfeutrant portes et cheminées, ou en accrochant une passoire à l’entrée pour que, absorbés à compter les trous, ils en oublient leur œuvre destructrice. Mais soyez rassurés, ils ont rejoint leurs cavernes souterraines le 6 janvier, ils ne ressortiront que le 25 décembre prochain.

Nous vous souhaitons de nouveau une bonne année 2021, en espérant retrouver la convivialité qui nous est si chère à tous.

* Voir Chronique du jeudi 31/12.
** Voir les deux recettes ci-dessous.

Recettes

– La galette des rois

Ingrédients
2 pâtes feuilletées
125 g d’amandes en poudre
125 g de beurre
125 g de sucre
2 œufs entiers + un jaune
La fève (pour le tirage au sort)
Facultatif : 2 cuillères à soupe de rhum ou de liqueur d’amande amère pour parfumer

Préparation

Sur une plaque de four beurrée, étaler une pâte feuilletée.
Mixer la poudre d’amande, le beurre ramolli, le sucre et les deux œufs (le rhum ou la liqueur si vous le souhaitez).
Lorsque le mélange est homogène, le verser sur la pâte en laissant 1 cm sur les bords et placer la fève.
Recouvrir avec la seconde pâte et lier les deux à la main ou à l’aide d’une fourchette.
Faire un dessin sur le dessus avec la pointe d’un couteau et étaler sur toute la surface le jaune d’œuf avec un pinceau.
Préchauffer le four à 180° C et laisser cuire environ 40 mn (jusqu’à ce qu’elle soit dorée).

– Gâteau des rois provençal aux fruits confits

Ingrédients (pour 8 personnes)

400 g de farine
10 g de levure boulangère
50 g de sucre
1 pincée de sel
4 œufs
150 g de beurre
1 cuillère à soupe de fleur d’oranger
1 zeste de citron
50 g de fruits confits entiers et 50g de fruits confits en petits cubes
Sucre en grains pour la décoration
1 cuillère à soupe de confiture d’abricot

Préparation

Dans un saladier, mettre la farine. Faire un puits : mettre la levure préalablement mélangée avec la cuillère à soupe de fleur d’oranger. Ajouter le sucre, le sel, les œufs et le zeste de citron. Mélanger le tout avec la main, pour obtenir une pâte un peu collante. Mettre la pâte sur un plan de travail fariné et commencer à pétrir jusqu’à ce que la pâte soit ferme. Ajouter petit à petit le beurre ramolli tout en travaillant la pâte jusqu’à l’incorporation totale du beurre.
Pétrir énergiquement pendant 5 à 10 minutes. Former une boule, la remettre dans le saladier. Couvrir avec du film alimentaire et laisser lever pendant 6 h à une température ambiante. Mettre ensuite la pâte au réfrigérateur pour la nuit.
Le lendemain, sortir la pâte. La travailler un peu pour la détendre puis laisser reposer 5 minutes et incorporer les petits cubes de fruits confits. Faire un trou au milieu de la pâte et l’étirer de façon à former une couronne. Couvrir et laisser lever 2 h.
Préchauffer le four à 180°C. Badigeonner la couronne avec un œuf battu. Décorer avec le sucre en grains. Mettre au four pour 20 minutes. Laisser refroidir puis badigeonner les parties de la couronne non couvertes de sucre en grains avec de la confiture qu’on a fait chauffer avec 1 cuillère à café de sucre et 1 cuillère à café de fleur d’oranger. Coller les fruits confits selon son inspiration. Garnir le gâteau froid de fruits confits.

Ne pas oublier de glisser une fève et une figurine en porcelaine dans le dessous du gâteau et de prévoir les couronnes !

Bon appétit !